Vous êtes ici : Accueil Développement de la chirurgie ambulatoire

Développement de la chirurgie ambulatoire

Chirurgie ambulatoire St Nazaire

 

 

Le développement de la chirurgie ambulatoire est une des priorités du Ministère des Affaires sociales et de la Santé. Afin de servir cet enjeu national, la Clinique Mutualiste de l’Estuaire dispose d’un service de chirurgie ambulatoire qui offre aux patients une prise en charge adaptée et de qualité.  Le principal bénéfice pour les patients est celui de voir raccourcir sa durée de séjour tout en étant garanti des mêmes conditions de qualité et de sécurité qu’en hospitalisation conventionnelle.

Quel est le taux de chirurgie ambulatoire en France ?

En France, le taux de chirurgie ambulatoire est inférieur à celui de nombreux pays européens. L’enquête internationale, menée par l’IAAS en 2009, a montré que, sur trente-sept gestes sélectionnés, le taux de chirurgie ambulatoire atteignait 45 % en France alors qu’il était de plus de 65 % dans les pays de l’Europe du Nord. Pour l’ensemble de la chirurgie, ce taux était seulement de 36 % en France, alors qu’il dépassait les 50 % en Europe du Nord.

Quelle est la différence entre un acte chirurgical en ambulatoire et en hospitalisation classique ?

Aucune. L’acte chirurgical est identique à celui réalisé en chirurgie classique avec hospitalisation complète. Il n’existe pas non plus de spécificité pour l’anesthésie.
Ce n’est pas l’acte qui est ambulatoire, mais le patient. L’analyse du triptyque patient-acte-structure détermine la décision du mode de prise en charge.

Quelles sont les étapes de la prise en charge du patient en ambulatoire ?

Toutes les étapes de la prise en charge doivent être organisées afin de permettre la sortie du patient le jour même de son intervention dans des conditions de sécurité optimale.
Les quatre phases principales de la prise en charge sont :

  • l’évaluation pré-opératoire, au cours de laquelle la décision de réaliser la chirurgie en ambulatoire est prise sur la base du triptyque patient-acte-structure. Il s’agit d’évaluer le rapport bénéfice/risque, d’anticiper les effets secondaires prévisibles et de préparer la sortie du patient ;
  • la phase opératoire en elle-même ne présente pas de spécificité ;
  • la phase d’autorisation de sortie repose sur une évaluation médicale à l’issue de laquelle un bulletin de sortie est remis par un des médecins de la structure. Celui-ci précise les conduites à tenir en matière de surveillance postopératoire, les coordonnées de l’établissement de santé assurant la permanence et la continuité des soins, et le numéro d’urgence à joindre ;
  • le suivi du patient est assuré par un appel téléphonique le lendemain de l’intervention.

La coordination renforcée des différents acteurs permet le bon déroulement de ces étapes et d’optimiser le flux des patients au sein de la structure.

Comment est assurée la continuité des soins ?

L’unité de chirurgie ambulatoire a la responsabilité d’organiser la continuité de soins. La coordination avec la médecine de ville, en amont comme en aval de l’intervention, peut également contribuer à la continuité des soins.
La procédure de l’appel du lendemain permet de réitérer les consignes postopératoires, de s’assurer de leur suivi et de vérifier le bon déroulement de la phase postopératoire. Dans tous les cas, l’organisation doit garantir l’accessibilité immédiate au dossier médical.

Quelle information est délivrée au patient ?

Le patient est l’acteur majeur de sa prise en charge ambulatoire. Aussi, une information claire, précoce et réitérée, à chaque étape de sa prise en charge, est indispensable.
L’information à délivrer concerne les mesures à prendre en pré-opératoire (notamment le jeûne, la gestion des traitements et les exigences liées aux différentes techniques d’anesthésie) et en postopératoire (conditions de sortie, nécessité d’être accompagné par un tiers pour le retour au lieu de résidence, consignes liées aux suites éventuelles de la prise en charge, méthodes d’analgésie postopératoires, modes de recours en cas d’événements non prévus).
Les modalités de sortie doivent également être expliquées aux accompagnants.

Quels sont les bénéfices pour les patients ?

Les bénéfices de la chirurgie ambulatoire pour les patients sont classiquement admis, particulièrement pour la population pédiatrique et les personnes âgées. L’analyse des données disponibles ne remet pas en cause ce bénéfice, à la fois clinique et en termes de satisfaction du patient.

  • Le gain, en termes de diminution des infections associées aux soins, paraît réel puisque l’exposition à ce risque augmente avec la durée de l’hospitalisation. Une sortie précoce du patient réduit donc la probabilité d’être exposé. De plus, l’utilisation de techniques mini-invasives, favorisée par la prise en charge en ambulatoire, diminue le risque d’infections du site opératoire.
  • Les enquêtes rapportent des taux très élevés de satisfaction des patients lors de la prise en charge d’une intervention en ambulatoire, et révèlent qu’une place très importante doit être accordée à l’information, à la communication et aux relations avec le personnel soignant.

 Quels sont les risques post-opératoires pour les patients ?

Comme toute intervention chirurgicale, il existe des risques per-opératoires et post-opératoires.
Néanmoins, peu d’événements graves associés à la réalisation d’une procédure en ambulatoire ont été rapportés, ce qui rend difficile l’établissement d’un lien direct entre la procédure ou l’organisation ambulatoire et ces évènements.
La survenue d’effets indésirables mineurs n’est pas spécifique de la chirurgie ambulatoire, et les incidences retrouvées dans la littérature varient en fonction des caractéristiques de la population, du type de chirurgie et des techniques anesthésiques.
L’anticipation d’éventuelles complications et l’évaluation en post-opératoire immédiat permettent d’assurer une sécurité maximale ainsi que d’améliorer la prise en charge dans les meilleures conditions.